Projet Agriculture

OUTILS & VIE

I.PA.ME.C

Initiatives PAniers des nagères de Cibombo

"Les Amis de Cibombo"

Avenue Henri Massin, 64

B4800 VERVIERS - BELGIQUE

IBAN : BE10 0016 5005 7704

BIC : GEBABEBB

------

ASBL IPAMEC

Rue du Petit Bois, 30A

B4500 TIHANGE - BELGIQUE

N° ENTR. : 0.832.836.852

IBAN : BE49 0882 3628 9971

BIC : GKCCBEBB

Attestation fiscale (40 € annuel)

Projet Agriculture

Mise à jour : 24-12-2014

1) Champs de Maïs de 20 Hectares (Coût = 6.820 €)

Dans le Kasaï, le maïs est la céréale principalement consommée. Et son importance en terme d'apport énergétique n’est plus à démontrer. Ce projet cherche à promouvoir une production conséquente en encourageant des débuts de coopératives agricoles.  IPAMEC souhaiterait réaliser quatre objectifs dans le cadre de ce projet :

  • Mettre au travail le plus de monde possible en systématisant la culture technique du maïs graine.  Ceci aura pour conséquence d’épargner aux habitants la descente abrupte (21 kms) sur la ville de Mbujimayi pour le ravitaillement.
  • Permettre une croissance du revenu du panier des ménagères. 
  • Augmenter le pouvoir d’achat des ménages.
  • Soutenir une politique alimentaire équilibrée.

D’une part, ce volet culture a pour premier marché le village de Cibombo.  D’autre part, l’apport énergétique du maïs contribue à l’équilibre du bol alimentaire et permet de lutter contre la malnutrition.  Nous avons déjà amorcé cette initiative sur 2 Ha et voudrions la porter à 20 Ha.  Dans ce contexte, la coopérative permettrait d’augmenter les rendements agricoles.  Les effets bénéfiques des cultures se répercuteront donc directement sur les familles propriétaires des parcelles. 

Concernant la gestion intégrée des cultures, le projet, de part sa taille, n’exerce pas de pression significative sur l’environnement.  Il n’y a pas usage d’engrais chimique et la quantité d’eau prélevée vient principalement de l'apport pluviométrique naturel. Il n’y a donc aucun  risque de pollution de la nappe.

Concernant la capacité locale de répondre aux besoins d’exploitation et de maintenance, la méthode de travail d’IPAMEC se définit par l’apport humain qui reste à charge entière de la coopérative locale.  Il s’agit, dans ce cas, de la préparation du lit de semis et la surveillance des travaux. Un seul agronome IPAMEC assure bénévolement le suivi des travaux.

IPAMEC n’impose pas de mécanisation agricole.  Le meilleur outil n’est-il pas celui que les familles elles-mêmes savent manipuler ?  La distribution des  houes pour labourer le sol part de ce principe. Il permet aussi de nous assurer de la responsabilisation directe individuelle sur l’outil. On supprime par ailleurs toute dépense future de réparation quelconque.

La carence des produits agricoles est un problème général dans le Kasaï Oriental. Le maïs étant acheminé en partie par avion ou par train en provenance du Katanga coûte trop cher à la population pauvre.  C’est pourquoi nous espérons vivement que cette solution de culture de maïs séduira non seulement la population de Cibombo, mais aussi celles des autres villages alentours, qui pour la plupart connaissent le même problème.

 2) Champs de Soja de 20 hectares (Coût = 6.231 €). 

La précarité de la situation des populations de Cibombo rend difficile la nutrition des enfants. Plus de 20% des enfants de moins de 6 ans sont atteint de kwashiorkor ; c’est un stade poussé de la malnutrition (manque de protéïnes) où la mort devient imminente.  Le présent projet s’inscrit dans le cadre des efforts de prise en charge nutritionnelle. La famille d’un enfant sous-alimenté est elle-même impliquée dans le processus de production des nutriments protéiques comme le soja.  IPAMEC a déjà un Centre de Nutrition qui prend 678 enfants sous alimentés en charge.  Il sera ravitaillé alors par les récoltes de soja des champs dans lesquels les parents de Cibombo travaillent. De plus, les familles suivent une formation en transformation alimentaire dans des sessions organisées tous les mercredis au Centre IPAMEC. (Voir aussi : Plantation de Moringa :  La réponse d'IPAMEC à la sous-alimentation des enfants.)

Tout comme pour les champs de Maïs, l'impact sur l'environnement est nul, puisqu'il n'y a pas d'usage d'engrais.  La main-d'oeuvre est locale et un seul agronome IPAMEC assure bénévolement le suivi des travaux.  Plutôt que d’encourager une exploitation mécanisée (tracteurs, etc.), IPAMEC s’appuie sur des techniques maîtrisées par la population elle-même : l’usage de la houe et autres outils aratoires manuels. La distribution des houes permet aussi de nous assurer de la responsabilisation directe individuelle sur l’outil. On évite du coup un surinvestissement  sur le poste infrastructure.

3) Création d'une Palmeraie (Coût = ???? €).

En ce mois d'août 2012, lors de la visite de l'Abbé Stanis Kanda (Chargé des Projets) à Cibombo, une machine de fabrication de savon a été fournie à l'atelier artisanal de Savonnerie.  Elle va permettre de fabriquer jusqu'à 750 savons par jour qui seront vendus sur le marché de Cibombo et sur celui de Mbuji-Mayi. Cette machine mélange, grâce à une manivelle actionnée manuellement, de l'huile de Palmiste et la soude caustique nécessaire à la saponification du savon.  Il faut donc pourvoir cette machine avec de l'huile de palmiste qui, aujourd'hui est achetée sur le marché de Mbuji-Mayi.

En vue d'améliorer les performances de cet atelier artisanal, l'idée à germer de planter un champ de palmiers afin d'en extraire l'huile qui servira à fabriquer les savons.  Cela donnera du travail à plusieurs agriculteurs et améliorera la productivité de l'atelier "Savonnerie". La première palmeraie a été plantée en ce mois d'août 2012, et nous attendons des fonds pour augmenter la surface déjà plantée de sorte que la savonnerie devienne autonome en huile.  Nous étudions actuellement la surface nécessaire pour faire face aux besoins de la savonnerie et ensuite nous serons capable de vous en donner le coût tant en terme d'achat de terrain, de plantules et d'outils pour soigner  la palmeraie.  Dès le moment où les palmiers produiront suffisamment de graines à huile, nous envisagerons l'achat d'une presse à huile comme équipement supplémentaire de la savonnerie.