Projet Puits Artésiens

OUTILS & VIE

I.PA.ME.C

Initiatives PAniers des nagères de Cibombo

"Les Amis de Cibombo"

Avenue Henri Massin, 64

B4800 VERVIERS - BELGIQUE

IBAN : BE10 0016 5005 7704

BIC : GEBABEBB

------

ASBL IPAMEC

Rue du Petit Bois, 30A

B4500 TIHANGE - BELGIQUE

N° ENTR. : 0.832.836.852

IBAN : BE49 0882 3628 9971

BIC : GKCCBEBB

Attestation fiscale (40 € annuel)

Projet Puits Artésiens

Mise à jour : 26-12-2014

Malgré des forages réalisés par l'UNICEF et par la Coopération Technique Belge (CTB) , on n'a pas trouvé de nappe phréatique exploitable sur le site de Cibombo et la seule source d'eau est la rivière NZABA située à 3,5 kms au sud de Cibombo.  Avant 2007, la population de Cibombo y recueillait son eau de consommation,  là-même où les bêtes s'abreuvaient, où les femmes lavaient le linge et où les gens se lavaient ou se baignaient.  Il était sans dire que la qualité de cette eau boueuse était plus que douteuse pour la santé des gens. (Cliquez sur les photos pour les agrandir).

Depuis 2007, IPAMEC a construit plus de 21 puits Artésiens le long de la rivière Nzaba.  Coût pour 1 puits = 680 €.

Ces puits fonctionnent suivant le schéma ci-dessous :  Trois trous sont creusés dans le sol jusqu'à 2 mètres de profondeur.  On y introduit deux fûts en plastique de 300 litres dont le fond du second a été enlevé et on les superpose.  Celui du bas est percé de multiples petits trous.  Ils sont ensuite remplis de couches alternées de sable, de gravier et de charbon de bois afin de filtrer et assainir l'eau.  Une maçonnerie protège le tout.  Chacun des trois puits est relié par des conduites en PVC à un bac d'accumulation en bloc de béton (situé un peu plus bas que les trois puits artésiens) d'où sortent deux petits tuyaux permettant à l'eau de s'écouler librement vers l'extérieur.  Le débit est de l'ordre de 5 litres par minute. Le fait que l'eau s'écoule en permanence empêche la prolifération des bactéries dans les bacs d'accumulation. L'eau produite a fait l'objet d'analyse ici en Belgique et s'avère parfaitement potable.  (Voir photos ci-dessus et aussi Galerie-Photos Album Puits Artésiens).

A cause de la configuration des lieux, les puits ne peuvent être creusés que de l'autre côté de la rivière (au sud) par rapport à Cibombo, et dès lors, la population doit traverser la rivière pour accéder aux puits. Des jeunes du village ont maintenant créé un petit pont de bambous afin de transporter plus facilement les bidons d'eau et les matériaux pour construire les puits. Après cela, il faut encore transporter les bidons en plastique jusqu'à Cibombo (3,5 kms) à pied ou à vélo.  Ci-dessous, une vue générale de la rivière et la file d'attente pour recueillir l'eau potable d'un des puits construits par IPAMEC.  Auriez-vous imaginé que chaque personne sur ces photos va faire7 kms aller-retour avec un ou deux bidons de 20 litres d'eau !!!  Il est bon de savoir que ces puits servent aussi de points d'eau de secours pour les habitants de Mbujimayi (10 kms), car le manque d'électricité dû au manque de pétrole empêche durant 3/4 du temps d'alimenter les pompes qui nourrissent les réserves d'eau de Mbujimayi.  Cela provoque dès lors quelques conflits avec les habitants de Cibombo.

Voici la construction suivant le plan ci-dessous d'un réseau de trois puits reliés à un bac d'accumulation déversant l'eau potable par deux tuyaux.  Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Il faut d'abord transporter les tonneaux achetés à Mbujimayi et les amener vers le site choisi près de la rivière Nzaba.  Deux tonneaux sont ensuite assemblés l'un à l'autre et percés de multiples petits trous, enfouis dans le sol à une profondeur de deux mètres, remplis de couches alternées de sable, gravier et charbon de bois, protégés par une maçonnerie et canalisés par tuyaux en PVC vers un bac d'accumulation d'où l'eau s'écoule librement vers l'extérieur à raison de cinq litres à la minute.

La nature argilo-sableuse du sol dans cette région fait que l'érosion due aux pluies de la saison des pluies (8 mois sur 12) emporte une grande quantité de sable et d'argile, tant et si bien que les fondations de ces puits doivent être régulièrement consolidées.  Ci-dessous un exemple de ces consolidations :  L'expression "Don : A la source de Kiki" en jargon local signifie "La source de tout le monde" !

La source de Kiki
Scène près de la source de Kiki