Dernières Nouvelles - 2018

OUTILS & VIE

I.PA.ME.C

Initiatives PAniers des nagères de Cibombo

ASBL IPAMEC

Rue du Petit Bois, 30A

B4500 TIHANGE - BELGIQUE

N° ENTR. : 0.832.836.852

IBAN : BE49 0882 3628 9971

BIC : GKCCBEBB

Attestation fiscale (40 € annuels)

------

"Les Amis de Cibombo"

Rue du Bois, 79

4820 Dison

IBAN : BE10 0016 5005 7704

BIC : GEBABEBB

Dernières Nouvelles 2018

Mise à jour : 15/08/2018

Voyez notre rubrique "Archives d'Ipamec" ci-dessous à gauche pour les "Dernières Nouvelles" des trimestres précédents.

15 août 2018 : AQUABOMBO : Ils sont rentrés à Dison-Verviers ce mardi 14 août vers 9 heures

 

Bonjour à tous …

 

Confirmation de leur bonne arrivée à Verviers et à Dison. Mr l'échevin Jean-Michel Delaval est bien rentré ce mardi 14 août vers 9 heures à son domicile. C'est l'Abbé Stanis Kanda qui l'y a déposé en personne en droite ligne de l'aéroport de Bruxelles-National. Leur avion avait atterri à 05H45 du matin. Le temps de débarquer, d'attendre les bagages, de passer la douane, et de reprendre la voiture dans le parking, ils se sont mis en route pour Dison-Verviers vers 7h30. Bienvenue chez nous et nous attendons les dernières photos !

 

13 août 2018 : AQUABOMBO : Fin de mission et retour à Bruxelles

 

Bonjour à tous …

 

C'est normalement ce lundi soir à 20H15 locale (soit 21h15 en Belgique) que Mr l'échevin de Dison, Jean-Michel Delaval, et l'abbé Stanis Kanda vont prendre le vol "Brussels Airlines SN358" à l'aéroport de Kinshasa N'Djili, vol direct vers Bruxelles où ils atterriront à 5H15 mardi matin 14 août.

 

Soyons respectueux de leur très courte nuit dans l'avion et évitons donc de les contacter par téléphone ce mardi. Dès que nous serons en possession de plus de nouvelles ou de photos, nous ne manquerons pas de mettre ce site à jour.

 

12 août 2018 : AQUABOMBO : Dernières nouvelles reçues ce samedi 11 août... très tard.

 

Bonjour à tous …

 

Un petit message pour vous dire que la journée des enfants à Cibombo s’est déroulée à merveille. La salle Ipamec était comble. Dommage qu’on ne puisse pas pousser les murs, cela nous a évidemment laissé rêver à un agrandissement de celle-ci, qui sait.

 

Jean-Michel a distribué des ballons de foot offerts de sa poche aux petits ainsi que les bics de Solidaris et les ballons, dons de la Comission d’Ottomont. De nombreux sourires accrochés aux lèvres, inoubliables ! Les enfants ont joué un match de foot avec l’échevin qui a pris beaucoup de plaisir. Il est comme un poisson dans l’eau.

 

Nous sommes désormais arrivés à Kinshasa. Et travaillons à l’obtention de la licence d’importation, indispensable à l’acheminement de la citerne d’eau à Cibombo. Que de petites complications administratives, qui peuvent parfois agacer mais font le charme du pays.

 

Nous nous envolerons vers Bruxelles ce lundi, ce sera donc probablement les dernières nouvelles que vous aurez du sol congolais. Belle soirée

 

11 août 2018 : AQUABOMBO : Photos et texto reçus ce samedi 11 août.

 

Bonjour à tous,

 

Le voyage commence à toucher à sa fin. Mais avant, un petit topo de ce qui a été réalisé ces jours-ci. La journée de remise des diplômes s’est tenue. Les « mamans » et les « papas » comme on dit ici ont reçu un certificat de participation aux diverses formations, une manière de les féliciter et de les inscrire dans un processus d’identification à Ipamec et ses valeurs de responsabilisation de la personne. Par ailleurs, on en a profité pour remettre 200 bidons d’eau - offerts par la Commission d’Ottomont - aux habitants qui ont suivi une formation sur l’eau. S’en est suivie une séance photo avec Jean-Michel et toute la bande, pour capturer ces moments précieux.

L'abbé Stanis Kanda remet les diplômes
L'abbé Stanis Kanda remet des jerricans de transport de l'eau
L'assemblée durant la remise des diplômes
Les diplômes de la formation sur l'eau
La pile des jerricans offerts par la Commission d'animation du quartier d'Ottomont.
L'impact d'IPAMEC auprès de la population de Cibombo est clairement visible sur cette photo
Jean-Michel Delaval remet des ballons de football à des enfants.

10 août 2018 : AQUABOMBO : Photos reçues ce jeudi soir, 9 août.

 

Stanis nous a envoyé cinq photos et un court texto ce jeudi soir 9 août.

 

Voici le contenu du message :

 

"8/08/18 à 09:27 - Bonsoir à tous,

Tout va toujours à merveille de notre côté. Les dernières news : des centaines de personnes présentes pour célébrer la messe dans l’église flambant neuve de Cibombo. Enfants et adultes ont chanté, dansé, salué notre venue. Une messe de trois heures de laquelle on ne sort pas indemne. Que de rencontres, d’émotions, de partage. Nous avons également été reçus par père Jacques de la paroisse de Cibombo et avons partagé sa délicieuse table. Le Foufou national y était évidemment roi, très apprécié par Jean-Michel. Le travail se poursuit à Cibombo, d’autres nouvelles très vite."

 

Voilà. Tout d'abord l'église de la Paroisse du "Verbe Divin" de Cibombo a été inaugurée par Mgr Bernard durant ce printemps, exactement le 8 avril. Voici un commentaire venant du site "Habari RDC" (Cliquez sur le lien pour voir tout l'article) : "La cérémonie d’inauguration de la paroisse catholique Verbe divin a été un moment de vive émotion. La population de ce site est constituée à 90% de refoulés du Katanga dont certains, aujourd’hui, sont devenus de grandes personnalités. C’est le cas, entre autres, de l’actuel vice-gouverneur de la province du Kasaï-Oriental, Jean-Pierre Mutanda. Il a, dans son allocution, loué l’engagement de l’Eglise catholique pour l’encadrement de cette population vulnérable. « J’ai vécu ici comme refoulé du Katanga. J’ai été pris en charge par l’Eglise et des hommes de bonne volonté. Sans eux, je ne serais jamais devenu ce que je suis aujourd’hui. Merci pour tout ce que toutes ces personnes ont fait pour moi », a déclaré le vice-gouverneur.

 

Le refoulement n’avait épargné aucun secteur. Même les religieux avaient été renvoyés du Katanga simplement parce qu’ils sont Kasaïens. Jean-Hilaire Ilunga, un des treize religieux chassés du grand séminaire de Lubumbashi est devenu prêtre à Mbujimayi. Son témoignage est émouvant : « Ce déplacement est très significatif pour moi et je suis venu ici en 1992 par le refoulement. J’étais séminariste à cette époque-là. J’ai partagé les conditions des refoulés ; j’ai vécu abandonné à mon triste sort et la Caritas est venue à notre rescousse. Personne ne pouvait croire qu’aujourd’hui on aurait une Eglise construite en ce lieu et qu’il y aurait une vie sur ce site jadis désert. Il faut être un homme d’espérance pour voir ces choses arriver. »

 

Notre chargé de Projet, l'Abbé Stanis Kanda a effectivement vécu le même drame dans le même lieu et il fut d'ailleurs le premier abbé "en charge de la nouvelle paroisse" des refoulés de Cibombo.

 

Le Foufou national congolais est d'après Wikipédia : "Le foufou ou fufu est une pâte comestible, solide ou molle selon le goût du consommateur, ... Au Congo, le foufou est souvent servi accompagné de viande ou de poisson, de légumes cuits, et de divers condiments africains ou occidentaux. Cette pâte est réalisée à partir de farines bouillies et pilées. C’est un aliment de base pour de nombreuses populations d’Afrique équatoriale. Il est fabriquée à partir de manioc, de banane plantain ou d'igname et qui se mange avec une sauce en accompagnement. C'est un plat très affectionné dans toute l’Afrique surtout en Afrique de l'ouest. ".

 

L'abbé Stanis Kanda salue les nombreuses connaissances de Cibombo
L'abbé Stanis Kanda célèbre la messe.
La Chorale des jeunes...
L'assistance endimanchée...
L'Abbé Stanis Kanda et l'Abbé Jacques Kabemgele entoure Mr l'échevin Delaval de la Commune de Dison

06 août 2018 : AQUABOMBO : Photos reçues ce dimanche soir, 5 août.

 

Stanis nous a envoyé cinq photos ce dimanche soir 5 août.

 

La première montre les deux terrains réservés aux deux citernes souples. En rouge argile le terrain de la seconde citerne prêt à accueillir celle-ci dès qu'elle sera arrivée à bon port. Expédier et dédouaner deux tonnes de matériel vers la République Démocratique du Congo n'est pas une mince affaire. Sur la photo (que vous pouvez agrandir en cliquant dessus - et lire les annotations en plaçant le pointeur de la souris simplement dessus), on voit que l'équipe IPAMEC locale a dressé un contrefort en bois tout autour de la surface nivelée avec de l'argile pour éviter que celle-ci ne soit emportée par les pluies diluviennes de la saison des pluies qui commence théoriquement ce 15 août.

 

La seconde photo montre la première citerne, installée en août 2017, dont les 500 m³ ont été consommés durant la saison sèche (du 15 avril au 15 août). Les premières pluies qui se sont manifestées en ce début août ont déjà commencés à la remplir. Sa hauteur atteint 1,60 mètre lorsqu'elle contient 500 m³, comme sur la photo beaucoup plus bas sur cette page en date du 12 décembre 2017. Notez cependant que l'installation récolte 900 m³ d'eau sur la saison, mais 400 m³ sont consommés durant la saison des pluies parce que les habitants de Cibombo préfèrent venir s'approvisionner en eau au Centre IPAMEC car celle-ci est POTABILISEE.

 

Fonctionnement de l'installation de collecte de l'eau de pluie au Centre IPAMEC

 

Rappelons peut-être comment fonctionnent la récolte et le cheminement de l'eau au Centre IPAMEC de Cibombo. L'eau est récoltée des toits des différents bâtiments du Centre (surface totale de 483 m² apportant donc 725 m³ d'eau sur la saison des pluies), puis filtrée par des filtres en béton contenant des cailloux de granulométrie de plus en plus fine, et envoyée dans un réservoir en béton semi-enterré de 63 m³.

 

De ce réservoir en béton l'eau est pompée vers l'un des deux châteaux d'eau aériens métalliques de 5 m³, puis envoyée par simple gravitation vers une borne fontaine à 6 robinets où l'eau est vendue. Pendant que le château d'eau numéro 1 se vide, on remplit le château d'eau numéro 2 après avoir mis la dose exacte de pastilles de chlore nécessaire pour potabiliser 5 m³ d'eau. Ces pastilles se mélangent à l'eau par le brassage de l'eau réalisé au moment du remplissage du château d'eau. Lorsque le premier château d'eau est vide, on connecte le second à la borne fontaine et on inverse le processus. L'eau est ainsi distribuée sans discontinuité depuis 5 heures du matin jusqu'à 18 heures le soir, particulièrement depuis l'émergence de l'épidémie de Choléra qui frappe le Kasaï.

 

Les deux citernes souples peuvent stocker chacune 500 m³ d'eau qui seront utilisés durant la saison sèche. Les installations de ces deux citernes recueillent l'eau de pluie tombant sur toute la surface de ces deux citernes, surface rendue hermétique par une très grande bâche recouvrant le terrain de 600 m². L'eau de pluie ne peut donc s'écouler que vers les bords du terrain où un fossé rempli de fins cailloux filtre l'eau qui est alors pompée dans la citerne souple par une pompe immergée au fond d'un puisard placé au point bas du fossé. Lors de la saison sèche, on ouvre la vanne de vidange de la citerne souple et l'eau est conduite vers le réservoir en béton semi-enterré de 63 m³ pour le remplir.

 

Comme chaque terrain d'une citerne souple fait 20 mètres sur 30, l'on peut récolter de l'eau sur une surface de 600 m². La pluviométrie locale étant de 1,5 m d'eau par m², nos deux terrains produisent chacun 900 m³ d'eau par an soit un total pour le Centre IPAMEC de 900 m³ (citerne 1) + 900 m³ (citerne 2) + 725 m³ (toits des bâtiments) soit 2.525 m³ d'eau potable par an. Voyez ci-dessous la photo de droite montrant bien la bâche et le fossé rempli de cailloux

 

Le terrain de la seconde citerne nivellé avec une couche d'argile. A sa droite, la première citerne (en vert) vidée de ses 500 m³.
L'installation de la première citerne qui vient de commencer à se remplir avec les premières pluies de ce début août.  La hauteur de la citerne atteint 160 cm lorsqu'elle contient 500 m³.

 

Sur la troisième photo, l'Abbé Stanis Kanda inspecte le réservoir en béton de 63 m³. L'équipe locale d'IPAMEC, avec son maître maçon Mardochet ici sur la photo, a profité de la saison sèche pour faire le "gros entretien" du réservoir. Celui-ci a donc été complètement recimenté à l'intérieur, a reçu une nouvelle peinture intérieure hydrofugée et l'ensemble extérieur du réservoir a été repeint pour le rendre moins sensible aux intempéries de la saison des pluies.

 

La photo de droite, ci-dessous, montre l'accueil extrêmement chaleureux de l'échevin Delaval et de l'abbé Stanis Kanda par les enfants de Cibombo. Il est de tradition au Centre IPAMEC de Cibombo d'accueillir les visiteurs par deux cérémonies : celle des enfants et celle des adultes. La cérémonie des adultes est plus académique avec discours, chants, repas, etc. Celle des enfants est plus festive avec danses, chants et saynètes diverses. Ils se déguisent souvent aussi... A cette occasion, l'échevin Delaval a remis aux enfants les bics (très précieux au Congo) et les ballonnets remis par la Commission d'Animation du Quartier d'Ottomont de Dison et par la mutualité Solidaris via l'échevin Gérard Liégeois. Merci à eux !

Stanis inspecte le réservoir en béton de 63 m³ qui vient d'être repeint et réimperméabilisé durant la saison sèche.
Le comité des dames de l'accueil
Les enfants accueillent Mr l'échevin DELAVAL et Stanis KANDA
Les Mamans à la préparationdu repas...

05 août 2018 : AQUABOMBO : Stanis nous a écrit ce samedi soir, 4 août.

 

Voici la communication de Stanis que nous avons reçue hier soir via WhatsApp:

 

"JAMBO (bonjour) à tous : Quelques nouvelles en direct du Congo.

 

Petite révolution qui mènera - on prie pour cela - à une grande révolution, celle de l’introduction de la plante artémisia au centre IPAMEC. Nous avons - grâce à l’expertise de l’association Luebo sur l’Ourthe - pu nous procurer des graines de cette plante qui peut prévenir ou guérir le paludisme, véritable fléau.

 

Après un cours théorique, les participants au module de formation, ont pu prendre part à la réalisation de la première pépinière du genre. L’idée étant de réaliser une belle plantation Ipamec, d’en obtenir des graines dans les mois à venir, graines qui pourront alors intégrer les différents foyers de Cibombo. Un atelier cuisine a été dispensé également, un moment d’apprentissage et de convivialité.

 

La journée des enfants s’est aussi tenue, nous avons distribué bic et ballons (généreusement offerts par la Commission d'Animation du quartier d’Ottomont de Dison et Solidaris) et avons joué un agréable match de foot avec les enfants.

 

Concernant la citerne, quelques petits travaux d’aménagements ont été effectués en attendant la réception de celle-ci, comme la protection des bords pour éviter l’effondrement des terres.

 

Jean-Michel est toujours en vie 🙂 On en prend bien soin.

 

À très vite, Stanis."

 

Pour tous ceux qui seraient intéressés de parfaire leurs connaissances concernant cette plante miracle, l'Artemisia ou Armoise en français, nous vous joignons trois pointeurs vers des sites intéressants. Sachez déjà que cette plante est utilisée par les Chinois depuis plus de 2000 ans pour prévenir la malaria.

 

 

 

03 août 2018 : AQUABOMBO : En visite au Centre IPAMEC

 

Voici la communication et les photos que nous avons reçus hier soir via WhatsApp:

 

"Nous en sommes à notre jour 5 en République Démocratique du Congo. Plus les heures, les rencontres et le travail s’accélèrent et plus nous nous rendons compte de la nécessité d’un projet de coopération comme celui-ci. La réalité dépasse bien les mots et nous conforte dans nos investissements tant financiers que humains et ne peut que conforter nos généreux donateurs également ainsi que la commune de Dison et la FWB que nous remercions à nouveau.

 

Un petit résumé s’impose donc : nous sommes allés nous rendre compte sur le terrain du chemin parcouru par Ipamec, et le mot « chemin » n’est pas choisi au hasard puisque nous avons parcouru à pied le trajet (8km) des habitants de Cibombo pour rejoindre le premier point d’eau - non potable - du village (la rivière Nzaba). Premier point d’eau hors citerne d’eau IPAMEC, actuellement vide des suites de la saison sèche. Une marche qui avait pour objectif de nous plonger dans le quotidien des habitants qui attendent par ailleurs avec impatience la seconde citerne.

 

Aujourd’hui, nous avons applaudi la pluie, la remerciant de se poser sur cette bâche sauveuse de vie. Un très beau moment.

 

Par ailleurs, le comité Ipamec local nous a accueilli très chaleureusement en chansons à coups de slogans inspirants. On les remercie pour cela. Jean-Michel a également dispensé une formation sur le micro-crédit qui a généré de nombreuses questions et un enthousiasme incroyable. Il a un très bon contact avec la population.

 

Nous avons aussi été reçu par Monseigneur l'évêque de Mbujimayi, Emmanuel Bernard Kasanda, qui n’a pas manqué de saluer les liens de fraternité entre Cibombo et Dison et « accueille avec beaucoup de reconnaissance », je cite, ce projet.

 

La suites des aventures Dison/Cibombo dans quelques jours, une fois que les agendas le permettront.

Belle soirée 🙂"

 

Voilà ! Qu'ajouter de plus à ce beau témoignage envoyé par Mr l'échevin DELAVAL et l'Abbé Stanis Kanda ?

Nous ajoutons ci-dessous les trois photos reçues. La première montre la réception chez Mgr Bernard, la deuxième montre l'échevin Delaval se faire expliquer le fonctionnement du puisard de la deuxième citerne. Derrière lui on peut voir le terrain où elle sera installée ; il a été recouvert d'une fine couche d'argile rouge afin de gommer toute aspérité. La troisième photo montre la chaleur de l'accueil de la population de Cibombo dans la grande salle de formation du Centre de Développement d'IPAMEC.

 

Visite à Mgr Bernard Evêque de Mbujimayi
En visite au Centre IPAMEC : L'échevin se fait expliquer le fonctionnement du puisard de la deuxième citerne qui est attendue impatiemment.
L'accueil de Jean-Michel et Stanis dans la grande salle du Centre IPAMEC

01 août 2018 : AQUABOMBO : En visite chez les autorités...

 

Tout doucement la communication entre Cibombo et Dison est en train de s'établir : Nous avons enfin reçu via WhatsApp un petit rapport d'activités et quelques photos que nous vous montrons plus bas. Voici d'abord le texte intégral que nous avons reçu hier à 18h52 :

 

"Bonjour, voici les dernières nouvelles. L’échevin Delaval et moi-même sommes bien arrivés ce lundi matin après quelques petites aventures administratives, deux avions, et un peu de fatigue 🙂 - mais une volonté à toute épreuve - chez Sœur Odile à l’orphelinat des Sœurs Franciscaines de la ville de Mbujimayi. Ce mardi, nous avons rencontré les autorités du gouvernement provincial qui n’ont pas manqué de saluer le projet ipamec, la bienveillance de l’abbé et le dynamisme du comité sur le terrain. Nous sommes actuellement en route vers les autorités diocésaines. Le travail lié à l’eau, à l’artemisia, à la microfinance débute ce mercredi."

 

Voici trois photos qui nous ont été envoyées. La première à gauche montre la réception au Gouvernorat Provincial. Nous pensons qu'il s'agît du Vice-Gouverneur de la Province du Kasaï-Oriental, Mr Jean-Pierre Mutanda Kabuya, lui aussi un refoulé du Katanga. La taille des Provinces en R.D.C. est telle que chacune est nantie d'un Gouverneur (l'équivalent de notre Premier Ministre) et d'une équipe de Ministres. Rappelons ici que Le Gouverneur de la Province, Mr Ngoy Kasanji, et l'ancienne Ministre de la Famille, Mme Suzy Mboy Lothape, sont déjà venus en visite au Centre de Développement IPAMEC de Cibombo.

 

La seconde photo montre la visite chez Mme Brigitte Kanzeu Kanyiki, Bourgmestre de la Commune de Bipemba où se situe le camp de refoulés de Cibombo. On y voit la remise du PC portable, prévu dans le projet AquaBombo pour aider l'administration locale à gérer l'avancée du projet et les relations avec Dison. Il est intéressant de noter que les flux financiers pour ce projet partent de la Commune de Dison vers un compte à double signature à Bipemba. Il faut la signature du trésorier local d'IPAMEC à Cibombo et celle de Mme la Bourgmestre pour retirer de l'argent pour ce projet. Au vu de la photo, il semble que notre échevin a déjà très chaud.…

 

La troisième photo montre Stanis et Mr l'échevin au sortir du Gouvernorat Provincial. Très vite, Mr l'échevin s'est délesté de sa cravate et de son veston, pourtant la météo en Belgique dans les semaines qui ont précédé son départ aurait dû lui servir d'entrainement… :-)

 

Nous n'avons pas reçu de photo de la visite qu'ils ont effectuée auprès de Monseigneur Bernard, Evêque de Mbujimayi qui lui aussi était venu en visite au Centre de Développement d'IPAMEC.

Visite au Gouvernorat Provincial
L'échevin DELAVAL et Stanis remettent le PC portable qui va permettre à Madame Brigite Kanzeu Kanyiki, Bourgmestre de la Commune de Bipemba, de gérer le projet AQUABOMBO aevc la Commune de Dison
En route vers le siège du diocèse de Mbujimayi

31 juillet 2018 : AQUABOMBO : Ils sont bien arrivés à Mbujimayi ce lundi 30 juillet.

 

C'est hier, lundi 30 juillet vers 11h30, que l'Abbé Stanis Kanda et l'échevin de la Commune de Dison Jean-Michel Delaval sont arrivés à Mbujimayi. Voici le texto reçu hier : "Enfin nous sommes arrivés à Mbujimayi 11h30 aujourd'hui. Bruxelles - Kinshasa facile, mais le départ vers Mbujimayi très épuisant. Complications énormes à …". Ici, le texto s'arrête avec "* texte manquant *". Nous avons renvoyé un SMS demandant la retransmission, mais jusqu'ici pas de réponse. Nous supposons qu'il y a eu des difficultés administratives pour embarquer dans l'avion de Mbujimayi, car il est de notoriété publique que ces vols internes sont "surbookés". Espérons toutefois qu'il ne s'agît pas de difficultés d'ordre politique. Enfin, le principal est que nos deux hommes sont arrivés à pied d'oeuvre pour découvrir le camp de refoulés de Cibombo et le Centre de Développement d'IPAMEC.

29 juillet 2018 : AQUABOMBO : Le vol SN359 est parti à 11h28

 

C'est donc avec 53 minutes de retard que le vol SN359 vers Kinshasa (avec escale à Luanda en Angola) est parti de Bruxelles. Nous avons reçu un dernier message SMS à 9h40 ce matin où Stanis indiquait : "Finis les enregistrements et début d'embarquement. A très bientôt et amitiés."

 

Le plan de vol prévoit une escale d'une heure à Luanda où leur avion (un Airbus A330-300) devrait arrivé ce soir à 18h05 locale et ensuite arriver à Kinshasa vers 20h10. Voyez ci-dessous une photo à l'aéroport de Bruxelles.

28 juillet 2018 : Projet "AQUABOMBO" : Stanis KANDA accompagne l'échevin DELAVAL à Cibombo

 

Dans le cadre du projet "AQUABOMBO" initié par la Commune de Dison et soutenu par des subsides de "Wallonie-Bruxelles International" (L'agence de la Coopération au Développement de la Fédération Wallonie-Bruxelles), l'abbé Stanis Kanda, Vice-Président et Chargé de Projet de l'ASBL Congolaise IPAMEC, emmène ce dimanche l'Echevin de la Commune de Dison, Jean-Michel DELAVAL en visite à Cibombo. Cette démarche est voulue par l'agence de la Coopération au Développemnt en vue de promouvoir une coopération décentralisée rapprochant ainsi des Communes du Nord et du Sud de la planète. Le concept que WBI promeut est de rapprocher des populations du Nord et du Sud autour d'un projet commun de développement.

 

Quoi de mieux, en effet, pour susciter l'aide de la population disonaise envers les réfugiés de Cibombo que de faire découvrir à l'Echevin de la Coopération au développement (outre ses autres compétences) la réalité de la vie (ou plutôt de la survie) dans l'environnement du camp de déplacés de Cibombo (Voir Historique).

 

Stanis va faire découvrir à Mr l'échevin, le camp de Cibombo, son marché local, le Centre de Développement d'IPAMEC avec ses ateliers artisanaux : Boulangerie, Menuiserie, Atelier de Coupe et Couture, Savonnerie, unique Centre de récolte et de distribution d'eau potable, Centre de recharge de GSM (pas d'électricité à Cibombo, sauf au Centre IPAMEC), Meunerie, Formations à l'élevage, à l'agriculture potagère, à la langue française, centre de délassement pour adultes et enfants.…

 

Un élément privilégié et important sera la rencontre du Comité IPAMEC local de Cibombo. L'échevin apprendra à connaître ses membres et leurs actions et responsabilités à chacun. Bien sûr, une visite des familles aidées par IPAMEC sur place sera aussi organisée.

 

L'échevin et l'abbé rendront aussi visite à Mme Brigite Kanzeu Kanyiki, Bourgmestre de la Commune de Bipemba où est situé le camp de Cibombo, au gouvernement provincial du Kasaï-Oriental, à Monseigneur l'évêque Bernard du diocèse de Mbujimayi.

 

Leur avion décollera de Bruxelles ce dimanche 29 juillet à 10h35. Nous leur souhaitons un agréable vol jusq'à Kinshasa où ils devront attendre un jour ou deux une correspondance vers Mbujimayi.

 

Voyez ci-dessous une photo de l'Echevin DELAVAL et de Stanis KANDA lors de la remise d'un chêque de 1000 € de la part de la Commission d'Animation du Quartie d'Ottomont de Dison qui parraine aussi ce projet.

 

Nous mettrons à jour cette page de "Dernières Nouvelles" au fur et à mesure que nous recevrons des nouvelles de leur visite.

L'Echevin Jean-Michel DElaval et l'Abbé Stanis Kanda

24 juillet 2018 : Les détails du Projet "AQUABOMBO" de la Commune de Dison

 

Le projet "Aquabombo" - contraction de Aqua et Cibombo - a été initié par une collaboration entre la Commune de Dison et les "Amis de Cibombo", ces derniers étant l'antenne disonaise de l'ASBL IPAMEC.

 

C'est en 2014 que Jean-Michel Delaval, Echevin des finances, de la rénovation urbaine, des affaires économiques, du commerce équitable et de l’aide au développement, a contacté les "Amis de Cibombo" en vue de proposer l'aide de la Commune de Dison et des subsides de WBI (Wallonie-Bruxelles-International : La Coopération au développement de la Fédération Wallonie-Bruxelles).

 

C'est ainsi que les "Amis de Cibombo" ont proposé ce projet de collecte et de stockage de l'eau de pluie sur un terrain de 600 m² situé au Centre de Développement d'IPAMEC à Cibombo. Grâce à la grande pluviosité locale, ce système permet de récolter 900 m³ d'eau par an.

 

Le projet a dû être présenté trois fois (en 2014, 2015 et 2016) avant d'être enfin choisi par le comité de sélection de WBI. C'est donc fin décembre 2016 que l'échevin a été averti de la sélection du projet. Entretemps, la situation politique s'est considérablement dégradée en R.D.C. et les appuis locaux dont nous disposions localement nous ont fait défaut. Il a donc fallu convaincre WBI d'un report de la date de fin du projet.

 

Finalement, c'est en début 2017 que la citerne a été commandée auprès de Labaronne-Citaf, livrée et stockée en Belgique en avril. Il fallait attendre la conclusion d'un appel d'offre pour le transport de la citerne vers Mbujimayi.

 

Vous trouverez plus bas un pointeur vers la "Fiche de Synthèse du Projet Aquabombo", mais en voici les points essentiels :

 

  • La mise à disposition de 900 m³ d'eau potable au village même, provenant d’une ressource renouvelable.
  • L’augmentation du taux de scolarité. Les 900 m³ d’eau annuel représentent 45.000 bidons de 20 litres, soit 22.500 trajets de 7 km vers la rivière Nzaba. A raison de 2 bidons par trajet, cela représente 45.000 heures de trajet épargnées pour la scolarité de plus de 200 enfants et les activités génératrices de revenus de plus de 200 mamans.
  • L’appropriation par 1.400 familles du village des bénéfices d’une eau de boisson potable grâce à la formation, à la distribution de pastilles de chlore pour une année.
  • L’amélioration de la santé générale de la population et une meilleure connaissance des causes des maladies hydriques.
  • La simplicité de mise en œuvre de l’équipement, qui ne nécessite qu’un terrain plat comme seule infrastructure, fait de ce projet un exemple facilement imitable sans grands équipements de forage ou d’infrastructure.
  • Des contacts entre les autorités des Communes de BIPEMBA et de DISON, une plus grande visibilité d'IPAMEC auprès du Gouvernorat Provincial et du diocèse de Mbujimayi.

 

23 juillet 2018 : On se prépare à accueillir la seconde citerne souple de 500 m³

 

La deuxième citerne souple de 500 m³ est déjà fabriquée et stockée en Belgique depuis plusieurs mois. La Commune de Dison (qui a reçu les subsides de la Coopération au Développement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, couramment nommée WBI) est le maître d'œuvre du projet et a longtemps cherché un transporteur aérien pour l'expédier vers Mbujimayi, mais elle serait sur le point d'aboutir et on peut donc raisonnablement penser que la citerne n°2 arrivera bientôt.

 

Entretemps, l'équipe IPAMEC de Cibombo n'a pas chômé, puisqu'elle a préparé le terrain. Cela a nécessité d'enlever un grand arbre et un palmier (voir photos), d'enlever toute végétation, de niveler le terrain et d'étendre une couche d'argile sur toute la surface. Le terrain a été complètement clôturé et le portillon d'entrée et sa maçonnerie ont été déplacés vers la nouvelle clôture. Les canalisations de vidange et de trop plein de la citerne ont aussi été placées.

 

On attend donc maintenant l'arrivée de la citerne avant de commencer le creusement du fossé qui va entourer complètement la citerne. On pourra alors étendre la bâche d'imperméabilisation du sol et déployer la citerne par dessus.

 

C'est la saison sèche depuis le 15 avril et toutes les ressources en eau de la première citerne ont déjà été entièrement consommées, d'autant plus que l'épidémie de choléra qui sévit au Kasaï a incité la population à consommer de l'eau potable telle que celle fournie par le Centre de développement d'IPAMEC. Il est donc urgent de disposer d'une seconde réserve d'eau.

 

L'équipe d'IPAMEC-Cibombo a donc profité de la mise à sec du réservoir souterrain en béton du Centre pour installer une nouvelle couche hydrofuge à l'intérieur du réservoir. Il est ainsi fin prêt pour la nouvelle saison des pluies qui débute normalement le 15 août. L'équipe a aussi installé un système de collecte des eaux pluviales sur le toit de la meunerie afin d'augmenter encore les ressources en eau de gâchage.

 

Dans un prochain article, je vous expliquerai tout le contenu du Projet AQUABOMBO, lancé par la Commune de Dison en Belgique, au profit de Cibombo.

Le grand arbre abattu
Le débroussaillage du terrain
La clôture de l'installation vue du Nord
La meunerie, le puits perdu combiné avec une réserve d'eau de gâchage et à gauche la première citerne souple en vert foncé.
L'enlèvement de la souche du grand arbre. A l'arrière plan à gauche, la maison du garde, en blanc la borne fontaine à 6 robinets, à droite en orange les deux châteaux d'eau du Centre.
Le nivellement du terrain et l'étalement de la couche d'argile sur toute la surface
L'installation du portique d'entrée donnant accès au site des deux citernes (40m sur 60m).
La réfection de l'intérieur de la citerne en béton de 63 m³ durant la saison sèche.

01 juillet 2018 : Tihange : Fête de la Cerise - Brocante pour IPAMEC

 

7 heure du matin : Comme chaque année, une équipe IPAMEC est à pied d’œuvre pour tout installer : tables, parasols, cartons avec objets de toutes sortes.

 

On déballe, on arrange tout sur les tables… Les premiers acheteurs sont déjà là qui fouinent partout pour trouver leur bonheur et … faire le nôtre.

 

D’année en année, nous revoyons les mêmes têtes. Cela crée des liens, une bonne ambiance, sympathique, conviviale.

Il fait très chaud. Heureusement, nous sommes installés à l’ombre des murs du presbytère de Tihange et de sa tour.

 

17 h. On commence à tout trier, ranger, stocker dans la maison des Marguilliers. Ce sera pour l’an prochain. Nous sommes fatigués mais heureux du résultat et de cette sympathie que nous rencontrons chaque année et qui fait chaud au cœur.

 

Degauche à droite : Fabienne, Lucie et Nicole

21 mai 2018 : L'épidémie de Cholera met la pression sur la distribution d'eau potable à IPAMEC-Cibombo

 

Voici ce que publiait Radio-Okapi le 1° mars : "Le gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji a déclaré mercredi l’épidémie de cholera dans tous les territoires de sa province. L'Institut national de recherche biomédicale (INRB) a confirmé la prévalence de la maladie après avoir analysé des échantillons prélevés sur des cas suspects de choléra signalés dans la province. D’après le gouverneur, cette maladie a déjà causé treize décès dans la seule ville de Mbuji-Mayi. Et 90 cas suspects de cholera sont actuellement notifiés. Ces personnes souffrent pour la plupart de diarrhée et vomissement."

 

Le choléra est une toxi-infection épidémique contagieuse due à une bactérie. Strictement limitée à l'espèce humaine, elle est caractérisée par des diarrhées brutales et très abondantes (gastro-entérite) menant à une sévère déshydratation. La forme majeure classique peut causer la mort dans plus de la moitié des cas, en l’absence de traitement (de quelques heures à trois jours). La contamination est orale, d’origine fécale, par l’eau de boisson ou des aliments souillés.

 

Depuis ce moment, la population de Cibombo, qui ne bénéficie pas - rappelons-le - de la distribution d'eau potable fait la file au Centre de développement IPAMEC de Cibombo pour s'approvisionner. Grâce à la nouvelle citerne souple de 500 m³et son système de récolte et de potabilisation de l'eau de pluie, la population de Cibombo a pu trouver une source d'approvisionnement. La file se forme déjà dès quatre heures du matin, soit deux heures avant le lever du soleil. Voyez la photo ci-dessous :

21 mai 2018 : Une deuxième installation de collecte d'eau de pluie et de stockage de 500 m³

 

Heureusement qu'une seconde installation de collecte d'eau de pluie et de stockage de 500 m³ supplémentaire va être installée durant la fin de la saison sèche. Elle portera ainsi la capacité de distribution d'eau potable à 2.211 m³ et un stockage de 1.063 m³en vue des quatre mois de la saison sèche. Vous pouvez observer son emplacement sur la photo satellite du Centre IPAMEC un peu plus bas sur cette page. Elle sera située juste à gauche de la première.

 

De plus, face à cette épidémie de choléra, les responsables de IPAMEC-Cibombo ont décider de carreler la borne fontaine à 6 robinets, ce qui facilite son nettoyage efficace et quotidien, évitant ainsi toute propagation de la maladie. Voyez les photos ci-dessous :

La borne fontaine "Mémorial de l'exode" carrelée
La seconde citerne arrivera presque contre la borne fontaine de distribution
Les poteaux qui supporteront la clôture de la seconde citerne sont déjà en place
Francine nous montre les égreneuses à Maïs fournies par IPAMEC

29 mars 2018 : Nouvelle photo satellite du Centre de Développement IPAMEC de Cibombo

 

Ce jeudi avant Pâques, Google Earth nous a fait le plaisir de publier une nouvelle photo de Cibombo vue depuis l'espace. Cette photo a été prise le 21 août 2017 au moment où notre chargé de projet, l'abbé Stanis Kanda, était sur place pour procéder, avec toute l'équipe IPAMEC de Cibombo, au déploiement de la citerne souple de 500 m³.

 

On la voit, d'ailleurs, très bien tout en haut à droite sur la photo ci-dessous. Elle apparaît comme un grand rectangle vert de 20m sur 30m. On peut aussi distinguer en dessous de la citerne le nouveau puits perdu et en haut à gauche les trois nouvelles paillottes .

24 février 2018 : Belle et Chaleureuse assistance au Souper Choucroute des "Amis de Cibombo"

 

La nouvelle équipe des "Amis de Cibombo" a brillament réussi sa première grosse "organisation". Un public nombreux et chaleureux s'est pressé ce samedi soir en la Salle des Fêtes de la Commune de Dison pour déguster une succulente "Choucroute garnie" mitonnée par les bénévoles de l'association.

 

Les "Amis de Cibombo" et à travers eux la population du village de Cibombo ont eu la grande satisfaction de ressentir le soutien de la population de la Commune de Dison, mais aussi de son Bourgmestre et de trois échevins présents à son souper annuel. Une journaliste de "l'Avenir-Verviers" nous avait aussi fait l'honneur de sa présence; c'est elle qui couvre toujours tous les grands évènements de Cibombo dans le journal local.

 

Après les remerciements de Dominique, membre des "Amis de Cibombo", l'assistance a eu l'occasion d'entendre Mr l'échevin Delaval à propos du soutien de la Commune de Dison à la fourniture d'une deuxième citerne de 500 m³. Celle-ci est maintenant fabriquée et attend son expédition vers Cibombo.

 

C'est l'Abbé Stanis Kanda, le fondateur d'IPAMEC, qui s'est ensuite adressé à l'assemblée pour lui faire part de ses craintes à propos des manifestations prévues ce dimanche 25 au Congo suite à la situation politique. Il a aussi mentionné à quel point la nombreuse présence à ce souper était vitale pour le village de Cibombo afin de lui procurer des outils de développement. Faisant référence à "l'Opération Poule" de Noël passé qui a permis d'offrir plusieurs centaines de poules aux familles de Cibombo, il a coupé court, humoristiquement, à l'expression "Les Poules du Curé" précisant que "Non, le curé n'a pas de poules !". Il a aussi fait la promotion des nouvelles bières d'IPAMEC vendues à 12 € les 6 bouteilles. Les disonais peuvent en trouver chez José Maréchal (Voir Contacts).

 

S'en est suivi le tirage d'une tombola largement renouvelée par la nouvelle équipe et d'ailleurs fort gaiement animée par Marcel Renard. Plusieurs beaux lots (TV, séjour à l'hotel Verviers, smartphone, beaux livres illustrés, etc) ont été tirés au sort.

 

BRAVO à la nouvelle équipe des "AMIS DE CIBOMBO" pour ce beau succès !

La préparation des assiettes
en cuisine, le sourire !
La journaliste de l'Avenir-Verviers et Stanis Kanda
Le service Bar
en cuisine toujours !
L'échevin Mullender, le bourgmestre Ylieff et l'échevine Gardier
Dominique, Stanis et l'échevin Delaval

24 janvier 2018 : Beau succès de la présentation d'IPAMEC à Marie-Médiatrice - Verviers

 

Ce dimanche 21 janvier 2018, une présentation de l'ASBL IPAMEC avait lieu dans la salle de la Paroisse Marie-Médiatrice de l'Unité Pastorale de Verviers-Sud. L'Abbé Stanis Kanda a expliqué la genèse de la création d'IPAMEC en 1994 au Congo. Il a relaté les troubles politiques qui ont conduit les Kasaïens du Katanga à fuir le Katanga où ils étaient établis depuis quatre générations. Grâce à un montage audio-visuel, il a expliqué les actions entreprises par quelques familles refoulées, qui se sont regroupées pour prendre en charge leur avenir : l'Initiative des Paniers de la Ménagère de Cibombo, en abrégé IPAMEC. C'est ainsi qu'ont été exposées les initiatives en terme de logements, de cultures potagères, d'élévages, de formations, d'approvisionnements en eau, de soutien des enfants mal-nutris, de création d'artisanat comme la boulangerie, la savonnerie, la meunerie, la menuiserie tant au niveau familial que collectif grâce au Centre de Développement d'IPAMEC à Cibombo. L'assemblée était nombreuse et particulièrement attentive et de nombreuses questions pertinentes ont été posées au conférencier. L'après-midi s'est clôturée par une petite collation prise en toute amitié et dans les échanges amicaux. Bravo aux organisateurs !

 

12 décembre 2017 : La Citerne continue à se remplir : La voici à 120 cm de hauteur, soit 375 m³

 

Voici les trois dernières photos reçues et datées du 8 décembre : La citerne atteint 120 cm de hauteur en moyenne et contient donc 375 m³ (Son maximum de 500 m³ est atteint pour 160 cm de hauteur). Notre citerne continue de faire sensation là-bas sur place où le tout Cibombo se déplace pour constater la progression du remplissage de la citerne. Beaucoup de personnes n'arrivent pas à comprendre qu'elle n'est remplie que de l'eau de pluie qui tombe sur la surface de la citerne et de son terrain. D'aucuns pensent qu'il y a un subterfuge, mais non, c'était le but recherché : trouver de l'eau et la stocker. Le climat équatorial de Mbujimayi nous y aide grandement, puisque la pluviométrie moyenne des 8 mois de la saison des pluies s'élève à 1500 mm d'eau par m². Voici la photo reçue ce jour datée donc du 8 décembre.

 

Rappelons ici que le gros avantage des citernes souples est que l'eau est à l'abri de l'air (pas de moustique), de la lumière et des rayons Ultra-Violets (absence de moisissures ou d'algues) et donc à l'abri de toute contamination via l'air, les poussières ou les feuilles mortes. De même, l'eau est à l'abri de contaminations par les déjections des oiseaux ou des petits animaux. L'eau est ainsi plus facilement potabilisée par adjonction de chlore au moment où elle sera utilisée dans nos deux châteaux d'eau aériens.

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

La citerne vue depuis le coin Nord-Est
La citerne depuis le coin Nord-Ouest
La citerne depuis le coin Sud-Est avec le dallage à l'avant-plan pour empêcher les infiltrations d'eau vers le puits perdu. On voit aussi très bien le tuyau blanc de remplissage de la citerne (à droite) et celui de vidange à gauche.

05 décembre 2017 : La Citerne se remplit : La voici à 80 cm de hauteur, soit 250 m³

 

La saison des pluies a commencé le 15 août et se poursuivra jusqu'au 15 avril 2018. Après 3 mois de pluie, la citerne est à moitié remplie. En effet, la capacité maximum de 500 m³ est atteinte pour une hauteur de 160 cm. Nous en sommes donc aujourd'hui à 250 m³ (en fait la photo est datée du 24 novembre).

 

Rappelons ici le principe de cette installation unique au monde. L'eau de pluie tombe sur toute la surface du terrain sur lequel la citerne a été posée (495 m²). Ce terrain a été rendu hermétique à l'eau grâce à une grande bâche couvrant tout le terrain mais aussi le fossé creusé tout autour de ce terrain. L'eau ne peut donc que ruisseler par dessus la citerne vers le fossé qui conduit l'eau vers un point bas où se trouve une pompe immergée dans un puisard qui repousse l'eau dans la citerne souple. Cette eau a été particulièrement bien filtrée par les 35 m³ de gravillons (gros et petits) qui remplissent le fossé. Lors de la saison sèche, les 500 m³ stockés dans la citerne souple seront progressivement libérés pour rejoindre notre citerne en béton enterrée de 63 m³ d'où l'eau sera pompée vers deux châteaux d'eau aériens de 5 m³ ou l'eau est potabilisée grâce à l'adjonction de pastilles de chlore.

 

Ce gros coussin qui se gonfle de jour en jour est devenu l'attraction de Cibombo et des alentours : on vient voir cette installation unique et même le gouvernement provincial a envoyé son vice gouverneur et des ministres. D'aucuns pensent que l'eau provient d'un pompage dans la nappe phréatique en dessous de la citerne, mais non car celle-ci est située à plus de 200 mètres de profondeur et des forages réalisés, il y a une dizaine d'années, par la Coopération Technique Belge ont échoué à trouver de l'eau, et les forages ont été abandonnés.

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Notre coordinateur local Jean Bosco explique l'installation à un visiteur le 15 octobre
La vue de puis le coin Nord-Est le 23/11/17
Le fossé remplit de fins cailloux pour filtrer l'eau
Le côté Nord de la citerne à moitié remplie
Sur ces cinq photos, notre porte-parole Benjamin décrit l'installation à des représentants du Gouvernorat provincial
Une vue du site de la citerne le 23 novembre 2017 depuis le coin Nord-Ouest
Papa Elias, notre trésorier, nous montre la hauteur de la citerne le 23 novembre 2017
Le fossé au coin Nord-Est
L'affluence des visiteurs venant découvrir l'installation : BRAVO ! IPAMEC !

28 octobre 2017 : La Citerne est enfin installée et opérationnelle à Cibombo !

 

Durant sa visite du 01 août au 01 septembre 2017, l'Abbé Stanis Kanda a pris en charge la coordination des travaux d'installation de la Citerne souple arrivée péniblement à IPAMEC Cibombo le 26 octobre 2016 en pleine saison des pluies. Impossible dès lors de procéder à l'installation durant la saison des pluies puisqu'il fallait niveler le terrain, creuser un fossé de 50 cm de large et d'une profondeur moyenne de 75 cm sur tout le pourtour du terrain. L'Abbé Stanis a réussi la gageure de mener à bien les travaux nécessaires en un mois de temps, bien sûr aidé par une équipe de solides jeunes gens du village et du comité IPAMEC local.

 

Voici, résumée, la liste des travaux qui ont dû être menés à bien sous la supervision de l'Abbé Stanis :

 

  1. Débroussailler le terrain de 20 mètres sur 30 mètres et enlever les restes d'une vieille bâtisse en ruine.
  2. Clôturer le terrain sur tout son pourtour.
  3. Etendre une couche d'argile meuble sur toute la surface afin de rendre le sol sans aspérités.
  4. Niveller ce terrain de sorte que la citerne souple ne "roule" pas vers un point bas sous le poids de l'eau.
  5. Creuser un fossé de 50 cm de large sur toute le pourtour du terrain, profond de 50 cm en son point haut et en pente de 1 cm par mètre jusqu'à son point bas de 1 mètre de profondeur. Ce fossé va servir a recueillir et filtrer l'eau de pluie qui tombe sur toute la surface du terrain.
  6. Etendre un géotextile protecteur sur toute la surface du terrain, fossé compris.
  7. Etendre un "liner" (c-à-d.une épaisse bâche d'imperméabilisation du sol) sur toute la surface du terrain et dans le fossé. Le terrain et le fossé devienne ainsi imperméable à l'eau.
  8. Déployer la citerne souple sur la bâche d'imperméabilisation du sol.
  9. Installer dans le point bas du fossé un puisard abritant la pompe électrique (alimentée par les panneaux solaires du Centre IPAMEC). Ce puisard est en fait un tonneau en plastique de 200 litres, percé d'une multitude de petits trous et entouré d'un film de type "Moustiquaire" empêchant ainsi les plus fines particules en suspension dans l'eau d'être envoyées dans la citerne.
  10. Creuser une tranchée pour enfuir la conduite de trop-plein du puisard vers le puits perdu contruit en ce début d'année.
  11. Creuser une tranchée pour enfuir la conduite de trop-plein de la citerne en béton vers le nouveau puits perdu.
  12. Construire une chambre de visite où raccorder le tuyau souple de vidange de la citerne à une conduite en PVC enfouie dans une tranchée jusqu'au réservoir en béton.
  13. Percer le réservoir en béton pour y introduire la conduite PVC de vidange de la citerne souple.
  14. Amener l'électricité depuis la maison du garde jusqu'au puisard et construction d'un muret supportant le premier poteau d'éclairage LED du site afin de le sécuriser contre toute intrusion nocturne.Placement d'une prise hermétique sur ce muret pour alimenter la pompe de remplissage de la citerne souple.
  15. Placement d'un second poteau d'éclairage à l'extrémité Nord-Est du site et son raccordement à l'électricité depuis la maison du garde.
  16. Remplissage de tous le fossé de cailloux ronds en vue de stabiliser le fossé et ses parois et assurant la filtration de l'eau de pluie avant son pompage vers la citerne souple.
  17. Construction d'un portique d'entrée du site.
  18. Raccordement de l'eau de pluie récoltée sur le toit surplombant le réservoir en béton vers le fossé de la citerne souple grâce à une conduite en PVC enterrée.

 

Placer la souris sur chaque photo pour obtenir un commentaire

Cliquez sur chaque photo pour l'agrandir

Le défrichage du terrain
Le fossé au coin Sud-Ouest
L'installation du géotextile protecteur par bande de 6 mètres de large
Le déploiement de la lourde citerne souple (1340 Kg) sur la bâche d'imperméabilisation du sol
La conduite blanche de vidange de la citerne souple (DN110-PN16) croisant la conduite de trop-plein de la citerne en béton
L'entrée de la conduite de vidange de la citerne souple dans la citerne en béton
Le remplissage du fossé récolteur d'eau de gravillons ronds de filtration et de maintien du fossé.
Vue générale du puisard (en vert), du tuyau souple de vidange (blanc), du muret supportant la prise électrique de la pompe et le poteau d'éclairage du site
Après les premières pluies, la citerne commence à se remplir.  Elle aura 160 cm de haut lorsqu'elle sera remplie de 500 m³ d'eau.
Le nivellement du terrain
Le muret supportant le poteau d'éclairage à LED et fournissant la prise électrique pour la pompe électrique
L'installation de la bâche d'imperméabilisation du sol sur toute la surface y compris dans le fossé
L'installation du puisard au point bas du fossé qui abritera la pompe électrique immergée en charge de remplir la citerne souple.
La chambre de visite permettant de raccorder le tuyau souple de vidange de la citerne souple avec la tuauterie PVC enfouie conduisant l'eau vers le réservoir en béton à partir duquel l'eau sera distribuée via deux châteaux d'eau.
Le départ de la ligne électrique depuis le local "Groupe électrogène" de la maison du garde.
La construction du portillon d'entrée du site de la citerne souple
Une vue générale du site de la citerne souple
Une vue de la pompe électrique normalement immergée dans le puisard bleu à gauche. Vous voyez aussi son tuyau souple de remplissage de la citerne.

09 octobre 2017 : Nouvelle photo satellite du Centre IPAMEC de Cibombo

 

La photo ci-dessous du site IPAMEC de Cibombo a été a été prise le 24 avril 2017 et publiée ce 9 octobre 2017. On y voit très bien au-dessus, à droite, le terrain (légèrement rouge à cause de l'argile étalée pour niveller le terrain) qui va accueillir la nouvelle citerne souple de 500 m³. A gauche au dessus, on peut voir les quatre paillottes permettant de recevoir les visiteurs pour des activités de cohésion sociale.

 

Sur les deux dernières photos reçues, on voit l'équipe des dames préparant le repas de bienvenue. Vous pouvez, en agrandissant la deuxième photo, apercevoir Stanis (par l'odeur alléché…). Un des moyens d'alimenter la caisse du Centre de développement d'IPAMEC est de louer les installations et les paillottes du centre pour des activités de réunion d'entreprises ou de tout autre groupe organisé.